Cour secrète des Roués

Le grand Pan, par Milo Manara

Hier, journée absolument délicieuse, sous les tours féodales du château de famille J'ai ramené de Paris, outre un léger ras-le-bol du multiculturalisme, un ami de toujours, Charles-André W (a.k.a Charlot), et nous avons passé tout notre après-midi comme projetés dans une toile de Gustave Moreau renversés sur des transats, à contempler, depuis la terrasse, les déités qui jouent dans la splendeur du parc. Nous nous sommes gorgés de farniente, de citronnade et de silence.
                                                                                               
Il faut dire que la fraîche matinée, dévolue aux exercices de tirs, avait, au contraire, été fort active, sèche et tonitruante.
                                                                      
Il y a chez nous, derrière les dépendances, un ancien verger qui ressemble à une cour secrète vénitienne, et dont je soupçonne la porte d'être inter-dimensionnelle : un tir de .44 magnum, que les vingt-six hectares de parc répercutent à cinquante kilomètres à la ronde, y est mystérieusement étouffé, et parvient comme un plik de carabine à plomb aux oreilles voisines des paysans du cru (qui m'honorent de leur estime, et dont je ne voudrais, pour rien au monde, gâcher les loisirs), ou des proches, flasques et roses envahisseurs hollandais (dont je serais ravi de pourrir suffisamment l'existence pour qu'ils retournent tas de saindoux couleur homard déprimer dans leurs bas pays, mais qui ont l'habitude fâcheuse d'importuner nos gendarmes au plus léger bruissement provenant du château) C'est donc là que j'ai, tout naturellement, installé mon stand.
                                                                                    
Charlot a beaucoup apprécié mes cibles : trois anciennes portes de granges, disposées au fond du verger, couvertes de portraits célèbres, grandeur nature, que j'ai fait imprimer sur du papier-photo. Fixer ces portraits est une opération longue, exigeante et laborieuse : il faut, pour cribler joyeusement la physionomie du sujet, que nul pli, nul gondolage, ne déforme préalablement celle-ci, ce qui impose de clouer l'image de manière parfaitement tendue c'est difficile, mais le jeu en vaut la chandelle, et j'ai rarement vue un air de félicité comparable à celui de mon Charlot vidant des chargeurs de tous les calibres dans les personnes respectives de Marguerite Duras, Nicolas Sarkozy et Patrick Bruel. Notez que, si Charlot dédaigne le .44 dont recul et boucan lui sont désagréables il a une sympathie profonde pour le .38 special qu'il manie en virtuose et une antipathie non moins profonde pour l'actuel squatteur de l’Élysée, dont il a soigneusement méticuleusement transformé l'aspect difforme en fromage-à-trous sans fromage (ni préjudice, du reste, pour les deux autres monstres).

Puis repos, paix, sérénité...

Je raconte à Charlot une allégresse à moi advenue en début de semaine.
                                                                                         
- J'ai mes habitudes dans un certain internet-café... Depuis quelques temps, la responsable en est une jeune Noire... une Noire noire, tu vois... genre Gabon... bleue à force d'être noire... extrêmement jolie, d'ailleurs, pour ceux qui aiment, très mannequin... mais qui m'agace prodigieusement par sa façon pincée de vouloir faire "Parisienne", et surtout par ses affectations de pudibonderie à outrance : lorsqu'elle aperçoit, par dessus l'épaule d'un client, une image osée, un clip un peu chaud, elle se débrouille pour montrer qu'elle désapprouve... Elle tient à ce que tu saches que ça n'est pas parce qu'elle est Noire qu'elle tolère la nudité, et la moindre chorégraphie déhanchée te vaut un petit air prude, limite hostile... Je hais cette mode actuelle, puritaine, sur laquelle les primitifs se croient obligés de renchérir pour faire civilisés...
                                                                                     
- Et moi donc, interrompt Charlot. Tout érotisme est contre-révolutionnaire.
                                                                             
- Exact. Ce qui caractérise la montée des Rjúfendr au pouvoir, c'est la proscription de l'érotisme, et son confinement dans les recoins obscurs, honteux... Sauf quand il s'agit de faire du racolage démagogique... Mais les tronches de ces gens-là prouvent assez leur nature de remèdes contre l'amour... La vermine chrétienne a fait un "péché" de l'impulsion qui nous donne la vie, les communistes faisaient la chasse aux "vipères lubriques" (avec raison : il n' y aurait pas eu de mai 68 sans la fermeture des bordels en 46)... L'homme blanc doit aujourd'hui choisir son destin : c'est Alexandre VI ou Savonarole... Il n'y a pas d'autre option... Personnellement, j'ai choisi... Et c'est pas Savonarole... La beauté, la joie, la liberté, qui sont les adjuvants nécessaires à l'érotisme, sont contraires à Ragnarok même : le seul vrai rempart contre Surt, c'est la Voile Rouge...
                                                                                            
- Fini ton histoire...
                                                                                     
- A bout de patience, je lui ai fait un coup très simple, mais absolument hilarant... J'emmenai avec moi, dans une poche en plastique opaque, un magazine X, disposé de manière que toute personne ouvrant le sac se trouvât nez-à-nez (façon de parler) avec Katsuni gratifiant, à genoux, Manuel Ferrara d'une fellation vorace... Je restai à l'internet-café jusqu'à la fermeture... Et "j'oubliai" mon sac... Le lendemain, à la première heure, je débarquai, très élégant mais tout agité, demandant à la nitouche congoïde si, par hasard, elle n'avait pas trouvé un sac de tel aspect... parce qu'il y avait dedans quelque chose à quoi je tenais beaucoup... dont j'avais grand besoin... Je vis alors chose que j'eusse pensée chromatiquement exclue ma Gabonaise rougir jusqu'aux oreilles : elle avait, ainsi que je l'espérais, ouvert le sac, et me le rendit comme s'il lui brûlait les doigts, regardant le sol, dans un état de confusion évoquant le syndrome Gilles de la Tourette, ou l'abus d'éphédrine... Il faut, dés notre retour à Paris, que tu viennes voir l'espèce de transe qui s'empare d'elle quand je pénètre dans son établissement...
                                                                                          
- Avec joie, répond Charlot en riant, mais il faudrait trouver quelque chose pour corser l'affaire... Descendant de roué... roué toi-même... tu ne peux pas en rester là...
                                                                                           
- J'y ai pensé, mais je ne vois pas bien ce que je peux lui faire de pire... La dernière fois que je me suis masturbé dans un cyber-café, ça a mal fini...
                                                                               
- Essaie les sex-shops, il y a des cabines...
                                                                                      
- Oh, ça n'a rien à voir... Je déambulais sur You Tube... Je tombe sur un clip extraordinairement sexy...
                                                                                    
- Encore Mariah Carey ?!
                                                                                    
- Non, Kylie Minogue... Can't get you out of my Head ... Ce clip détermine chez moi une érection immédiate, maximale, douloureuse... Que faire ?... Impossible de marcher jusqu'à la sortie, ou alors au pas de l'oie, et même : on croira que je tente de voler un parapluie, ou quelque chose comme ça... Or je raidis toujours, et me sens au bord de la nécrose des tissus... Une seule solution : un coup de poignet, ni vu, ni connu, dans la poche et, comme on dit, tout pour le pressing... Bon. Je repasse le clip, et commence l'opération avec la discrétion qu'impose un cyber-café surbondé... Seulement, voilà : l'orgasme qui monte s'annonce énorme... dévastateur... in-vrai-sem-blable... Je m'apprête, en somme, toujours impassible, à prendre le pied de ma vie... tout en redoutant que la violence de la chose ne troue mon pantalon... puis balaie toute la clientèle du café, tel un karsher géant... puis couche les pylônes et les abri-bus dans la rue... L'"apnée annonciatrice" s'enclenche... la pression monte... monte... prodigieuse... et, à l'instant précis du pic orgasmique j'insiste : à l'instant précis où je touche au bonheur le clip finit, la playlist enchaîne et Alain Souchon surgit sur mon écran.
                                                                                       
- Dur... Mais enfin... quoi qu'il puisse t'arriver, ce ne sera jamais pire que l'aventure de F....
                                                                               
- C'est clair !
                                                                                
F. est un ami à nous, heureux propriétaire d'une villa cannoise où nous avons vécu des étés fabuleux, et qui se trouve être "viragophile" c'est à dire que, bouleversé par Emma Peel dans sa jeunesse, il a pour passion de se faire casser la figure par des femmes.
                                                                           
Autrefois, il payait des lutteuses, catcheuses, etc. spécialisées dans son genre de goût jusqu'au jour où il décida que le vrai bonheur consistait en l'irruption sauvage de l'érotisme dans la vie quotidienne, ce en quoi je lui donne complètement raison... Dés lors, ses journées se passèrent à arpenter les rues, en traquant des passantes à l'allure sportive, qu'il engueulait soudain, et sans ménagement, dans l'espoir qu'elles devinssent violentes avec lui... Las ! Le moindre sorcier de village n'ignore pas que les femmes ont un sixième sens pour deviner ce qui vous ferait plaisir, afin de ne pas vous le donner sans contrepartie... N'importe laquelle de ses "victimes" lui aurait évidemment retourné une paire de baffes, si elles n'avaient senti qu'il le cherchait... 
                                                                            
(Moi qui vous parle j'ai, suite à un pari high stake, réussi à faire cesser de se ronger les ongles à une fille dont c'était le TOC, simplement en lui faisant croire que rien ne me faisait bander plus dur qu'une fille en train de se ronger les ongles...)
                                                                                      
F., malheureusement (ou heureusement) pour lui, refusa de s'avouer vaincu... Il suivit un jour une Asiatique, se disant que, toutes les Jaunes étant initiées aux arts martiaux, c'était peut être la solution... Au détour d'une rue déserte, comme saisi de démence, il la bouscula... la gifla... la traita de "connasse", de "pouffiasse" et de "suceuse de bites" (sic, sic et sic)...
                                                                                  
Elle restait pétrifiée sous ce déchaînement de coups et d'invectives, et le regardait avec, autant que possible, des yeux ronds...
                                                                              
F. sentit que son fantasme lui échappait encore ; il allait céder au découragement, lorsqu'il eut un trait de génie : il s'empara du sac à main de l'Asiatique, et tira dessus avec force, comme pour le voler.
                                                                          
Peu après, F. était admis aux urgences avec une fracture du nez, une foulure du poignet et une orchite aiguë.
                                                                                           
- Chacun prend son plaisir où il le trouve...
                                                                                    
- ...dit un proverbe que j'approuve.
                                                                                               
Depuis, F. a un nez assez rigolo, qui remonte, en J, sur la droite, mais son poignet va bien... Pour le reste... Une doctoresse pas aimable lui a clairement fait comprendre que, s'il veut fonder une famille un jour, il faudra qu'il adopte... Amis viragophiles, souvenez-vous, de grâce, que nous devons préserver l'existence de notre peuple et l'avenir des enfants blancs : si vous suivez l'exemple de F., portez une coquille.
                                                                                      
- Sir Shumule, 24 juillet 2009

5 commentaires:

  1. J'avais lu, dès parution, l'excellente version "non-expurgée" en 2009. Bizarrement, en 2018, ce texte est encore plus illégal en version expurgée. "Dés lors, ses journées se passèrent à arpenter les rues, en traquant des passantes", ça ne passe plus du tout, justement. Harcèlement is the new antisemitism. Il me tarde de relire ce billet en 2027.

    RépondreSupprimer
  2. Si tu ne repostes pas "la taille de ton flingue" je dirai que c'est toi qui a changé de sexe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'à cela ne tienne. Je vous l'ai reposté deux fois (ici et sur Zuged), afin d'achever de prouver que j'en ai une paire.

      Supprimer
    2. PS: Votre pseudo est le plus cool du monde.

      Supprimer