Comme un Cerf


« J’aimerais en savoir plus sur le Wotanisme. Je m’explique: Votre technique d’exégèse me semble surtout être un jeu intellectuel sophistiqué. Je ne connais rien à la mythologie scandinave. Vos explications font constamment appel au vocabulaire de l’occultisme qui ne me dit pas grand-chose. Pourtant cette « religion » (est-ce le mot juste ?) m’interpelle. Vous serait-il possible d’exposer BRIÈVEMENT et SIMPLEMENT (sans trop de littérature ni d’ironie SVP), avec un vocabulaire RATIONNEL pour le Français de souche bac+5 normal d’upper-middle class du XXIème siècle que je suis, ce qu’est le Wotanisme et l’intérêt (hors archéologie) qu’il peut avoir pour le citoyen lambda de 2012 ? » – Christophe

Opération délicate. Je joue avec un handicap, puisque votre connaissance de l’Edda est inexistante. D’autre part, le Wotanisme (forn siðr), – généralement décrit comme un néo-paganisme d’essence nietzschéenne, porteur, à sa droite, de sorcellerie chamanico-tantrique et, à sa gauche, d’ethnoséparatisme, – est un phénomène définitivement magique, et le « Français de souche bac+5 normal d’upper-middle class du XXIème siècle » a perdu l’habitude des choses de ce genre.  

Brièvement, simplement et rationnellement, sans trop de littérature, ni d’ironie : par son côté radical, par ses capacités de métamorphose et de vision, le forn siðr est une arme unique pour stimuler l’imagination. Ses rituels et les sorts qu’il jette sont des techniques ayant pour but de galvaniser la partie droite du cerveau, celle qui regroupe les rêves, la poésie, l’esprit, l’intuition et la sexualité. Il dote ses adeptes d’un pouvoir créatif qui les amène au-delà des façons d’être conventionnelles, jusqu’au territoire dangereux du Verbe.

La magie de l’Edda est de nature subliminale. Elle se manifeste à la limite de la conscience, dans le subconscient qui est le siège de nos émotions et de nos archétypes : notre mémoire originelle, en somme.

La différence entre la conscience et le subconscient est, pour ainsi dire, la même que celle qui existe entre un premier plan et un arrière-plan. Le premier plan ne montre que les détails, alors que l’arrière-plan s’intéresse à la structure dans son ensemble. La conscience voit l’arbre. Le subconscient voit la forêt. En manipulant les archétypes et les symboles magiques, il se crée un effet stéréoscopique à partir de la conscience et du subconscient, qui prend la forme d’une supraconscience.

Le forn siðr, en dépit de son aspect élitiste et paradoxal, est bien une religion, mais une religion sans dogme. Chaque façon de la vivre est personnelle, évolue et change en fonction du lieu et du moment.

La parenthèse chrétienne accouche, dans la douleur, d’une humanité métisse, sous-genre spirituellement, culturellement et biologiquement à la fois hybride et uniforme. Quand le Nouvel Ordre Mondial, dont la perspective semble bien nébuleuse au « citoyen lambda de 2012 », dispersé dans le détail, se trouvera confronté à ce qui représente la structure même du subconscient européen, les conséquences pour ce Nouvel Ordre seront terribles.

- Sir Shumule, 20 août 2012