jeudi 20 décembre 2018

Veille de Yule


J'écrivais, il y a un an jour pour jour :

Du nom de la Fête qui débute ce soir, on tire le notarikon (acronyme cabalistique) suivant : «Yule Wotan Loðungr Heim », soit : « Yule est où Wotan réside vêtu d'un manteau élimé » i.e. « Voici le temps où la plus Haute Lumière se dissimule sous les oripeaux les plus ténébreux ».

J'aurais pu ajouter qu'on en tire également la guématrie (valeur numérique) suivante : Y(10) + U(6) + L(30) + E(5) = 51, nombre qui symbolise le retour à l'origine de la vie (1, l'Unicité divine) succédant immédiatement à la descente finale dans la matière et la mort (50, puisque 5 X 10 Ear, nom de la Cinquième Sphère d'Yggdrasil, signifie Tombeau, et Erda, nom de la Dixième Sphère, signifie Terre, d'où 50 = le tombeau dans la terre).

Cinquante-et-Un ! Quel meilleur glyphe du Mystère de Noël, où le Soleil Nouveau-Né surgit joyeusement au cœur des interminables nuits du Solstice ? Voyez ! Lorsqu'il entre dans le sombre signe du Vieux Bouc Amer douleur, âpreté, senescence... le soleil redevient un enfant blond rieur !

Notez que 51 est également la valeur numérique de (s'approcher, atteindre, toucher au but) et de dǿma (d'où vient le très capricornien verbe anglais to doom) : Yule nous condamne, de la plus saturnienne manière, aux glaciales ténèbres pour, paradoxalement, nous rapprocher de la Lumière originelle et permettre à l'année d'atteindre son but : l'instant impeccablement magique de No-Ël

Gleðileg Yule ! Bon et heureux hiver à tous !

(Illustration : Four Red Monks Carrying a Goat Across the Snow to Nowhere par Aleister Crowley)

mercredi 19 décembre 2018

Thank Yule, Next


Rúnar munt þú finna ok ráðna stafi mjök stóra stafi mjök stinna stafi : Tu trouveras les runes sur ton chemin — les fatidiques, les fortes, les toutes-puissantes runes gravées. (Hávamál, 142)

A la douceur équivoque de l'entre-chien-et-loup, demain soir, commence l'heureux temps de Yuletide

D'où : joie.  

Mais nécessité de rejoindre le monde, où se contemplent, non les Choses Anciennes, mais les celebrity baby bumps, et les rap beefs tiennent lieu de disputations herméneutiques. Il n'est de bonheur parfait qu'à Gimlé.

Enfin ! L'an solaire Ziu-Ehwaz-Kaunan se tire des pattes, et c'est une autre bonne nouvelle ! Que vous dirai-je, ami ? Les runes sont intraitables et nos Sages formels : si, en 2018, vous vous êtes résolu à l'indispensable reality check (Ziu), si vous êtes resté noble, glaðr ok reifr (Ehwaz), et avez gardé vivante la flamme du Siðr (Kaunan), 2019 sera pour vous année de pures délices — mais si, négligeant l'Oracle de Tia et planant tel un élu macroniste, vous avez voulu brusquer les choses que ce soit par bêtise (Thjazi) ou par insouciance (Icare) la mélasse où vous vous trouvez présentement englué va vous tenir encore trois ans (la prochaine année Ziu étant 2022, ce qui, dans le cas de notre malheureuse nation, me semble, hélas ! douloureusement significatif).

Meanwhile, je reçois le trépidant courrier d'une lectrice mystérieuse qui, connaissant les usages de la maison, signe Adamantine She-Wolf, et m'écrit notamment :

« Savez-vous que Yule est le seul temps qui me convienne ? Chaque année, j'espère l'apparition d'une quenouille qui me plonge dans un coma artificiel du 7 janvier au 20 décembre. »

Oui, mais vous louperiez Samhain et la Saison Sainte, qui sont invariablement, avec Yuletide, les messa que les gens préfèrent. C'est un principe général, c'est-à-dire cosmique, c'est-à-dire eddique : même le plus muggle des jeunes Américains vous dira qu'Halloween, Spring Break et Christmas sont les fêtes qu'il aime le plus.

Or Yule est à l'année ce que la conception est à l'existence humaine ; la Saison Sainte est à l'année ce que l'adolescence est à l'existence humaine ; Samhain est à l'année ce que la mort est à l'existence humaine. Voyez ? L'homme n'est vraiment bien qu'en Voyage — lorsqu'il évolue : des dimensions suprasensibles aux dimensions sensibles (Yule/Incarnation), de l'enfance à l'âge adulte (Saison Sainte/Puberté), des dimensions sensibles aux dimensions suprasensibles (Samhain/Mort) ou, pour reprendre un Shumulisme essentiel : On ne vit heureux que lorsqu'on danse au bord d'un précipice : le reste du temps, on attend.

Bénédictions endiablées.

(Illustration : Capricorn, photo de Rob Potter)

mercredi 5 décembre 2018

Les Mondes s'ouvrent


Ullar hylli hefr ok allra goða hverr er tekr fyrstr á funa því at opnir heimar verða of ása sonum þá er hefja af hvera : Celui qui touche la flamme le premier a la faveur d'Ull et de tous les dieux car les mondes s'ouvrent pour les fils des Ases quand on retire le chaudron du feu. (Grímnismál, 42) 

La nuit dernière, j'ai étudié cette vísa avec toute l'âpreté au gain, la pénétration retorse, la control freakery inflexible dont un natif de la Vierge Ascendant Taureau Nœud Nord en Capricorne est capable.

Je n'ai rien compris. o.O

Qu'a bien pu vouloir dire l'Ase dément, notre maître, par ces formules mystérieuses ?...

Quoique très vexé, j'ai réagi en digne « mélange de Chamane, de Prince et d'Hiérophante », ou, du moins, en Helluvah Holy Guru, et résolu de traiter la chose par oniromancie.

J'ai bu de l'eau minérale, mangé une pomme rouge et placé mon Registre sous un coussin. 

Puis je me suis couché en « position du roi » (sur le dos, bras le long du corps, paumes tournées vers le ciel), récitant en boucle la vísa, comme une obscure incantation venue des Âges Oubliés qu'elle est :

« Ullar hylli
hefr ok allra goða
hverr er tekr fyrstr á funa
því at opnir heimar
verða of ása sonum
þá er hefja af hvera... »

Je me suis endormi presque instantanément, et j'ai fait ce splendide cauchemar, noté convulsivement au réveil :

« Projeté dans une nuit d'encre, peuplé de créatures gag et colorées, sur fond d'imagerie, disons : Breughel l'Ancien et Jérôme Bosch illustrent Alice au Pays des Merveilles après s'être gavés de mescaline.

« Là, je croisais l'Ankoù !!! dont je confirme que la charrette grince abominablement.

« Il m'enjoignait de me rendre "aussi vite que possible" au "royaume des Fleurs", un "état pontifical secret", le pape Alexandre VI en personne me recevait avec bienveillance, et même chaleur, dans une atmosphère de luxe effréné.

« Sa Sainteté m'emmenait arpenter la terrasse immense d'un fabuleux palais, où, sous le ciel nocturne constellé d'étoiles, nous parlions musique et magie, en buvant une liqueur verte ("chartreuse", me dit-il, mais le goût était celui d'un looping-papaye lequel, du reste, est un cocktail vert) dans des calices ouvragés incroyablement too much le pape me disait de ces coupes qu'elles lui avaient été offertes par Helena Rubinstein (!?!)

« Je pensais : "Puisque, pour les Bretons, l'Ankoù représente la Mort, et que, pour Nietzsche, Alexandre VI représente la Vie, tout cela est d'une cohérence impeccable..."

« Brusquement, il faisait jour, et je me retirais dans une forêt profonde, dont les arbres gigantesques étaient couverts de mousse émeraude. J'arrivais près d'une rivière, étrange et chatoyante, au bord de laquelle se tenait accroupie en posture "Mère des Wendols" une Spákona au moins millénaire, qui portait un masque rituel exprimant un genre de sadisme diffus. 

« Je lui demandais de prendre les Oracles par scapulomancie.

« Mon calcul était : "Volva + Scapulomancie = Ange de la Mort... Donc la Vie ne devrait pas tarder à surgir..."

« Elle déclarait : "Les Grands Anciens ginnheilog comprennent le choix de Jacques de Molay, et celui de Giordano Bruno. Ils jouent avec eux dans les Jardins."

« "Logique, encore, me disais-je, qu'elle parle de Bruno et de Jacques de Molay, puisque c'est bientôt le Jour des Martyrs..."

« Elle ajoutait encore une parole incompréhensible au sujet du Printemps. »

Je me suis réveillé en état de paix parfaite et toujours en position du roi.

A ce moment, le téléphone a retenti : Elegant Wolf  m'annonçait la naissance tardive, mais Sagittaire de son premier fils !!

Joie ! Joie ! Joie ! Joie pour Himinbjorg ! Les mondes s'ouvrent pour les fils des Ases, indeed !

La Vie a donc effectivement surgi, et illuminé ma matinée sans illuminer, hélas, ma compréhension du Verset le moins du monde...

Peu importe, en l'occurrence ! Buvez un verre en l'honneur du jeune prince ! 

Bénédictions endiablées.

mardi 4 décembre 2018

Spirit Animal


Hann var þá fugl eða dýr, fiskr eða ormr : [Wotan] pouvait aussi bien se transformer en oiseau qu'en bête sauvage, en poisson qu'en serpent (Heimskringla, Yngliga Saga 7, 2). 

Le plus intéressant, dans cette énumération, outre l'ordre élémental Air-Terre-Eau-Feu (i.e. la Permutation du Saint Tétragramme attribuée au Scorpion, signe créé au moyen de la rune Gebō ᚷ, rune de la Mort, c'est-à-dire porteuse du Mystère de l’éternité de la vie garantie par les mues et les transformations : Váli l'Exécuteur, natif emblématique du Scorpion, est appelé Váli de Gladsheim), le plus intéressant, dis-je, est de constater à quel point nulle métamorphose, même très spectaculaire, ne peut rien changer à l'être profond du Vieux Goði : si diverses que soient les formes animales qu'il revêt, elles font toutes ressortir sa nature immuable d'Initié Suprême et de Grand Hiérophante : le Faucon borgne, la Bête 666, le Poisson primordial (symbole ultime de la Doctrine Secrète) et le Serpent gnostique.  Il y a là un Enseignement capital sur le sens du Wyrd et de la métempsychose.

Parlant d'enseignement capital, j'ai reçu d'Anonyme hier matin : "Sir, pouvez-vous nous rappeler quelles sont les questions à poser à une personne pour connaître son totem animal ?"

Certes. Je peux. Mais n'oubliez pas : ce test n'est un révélateur infaillible que parce qu'il brusque certains archétypes jungiens enfouis dans des zones particulièrement subconscientes : assurez-vous de la complète innocence du sujet, qui ne doit pas un seul instant soupçonner qu'il, ou elle, est en train de se compromettre ! Sinon, tout est faussé, et il faut recourir à l'ayahuasca.


- Quel est votre animal préféré ? Pourquoi ?
˙ǝıʌ ǝʇʇǝɔ suɐp ɹıuǝʌǝp ɐ ǝɹpuǝʇ ʇıop ǝןןǝ,nb ǝɔ ´ןǝnʇıɹıds uɐןd nɐ ǝuuosɹǝd ɐן ǝsıןoqɯʎs ןɐɯıuɐ,˥
 - Quel est votre second animal préféré ? Pourquoi ?
 ˙ǝuuosɹǝd ɐן ǝpǝssod ǝnb nʇɹǝʌ ɐן ʇsǝ ןɐɯıuɐ,ן ɹɐd ǝǝsıןoqɯʎs nʇɹǝʌ ɐ˥
 - Quel animal détestez-vous par-dessus tout ? Pourquoi ?
˙ןɐɯıuɐ ɹǝıɯǝɹd ǝן sɹǝʌ ǝɹpuǝʇ ǝp ǝssǝɔ ǝןןǝ,nb sǝp ǝqɯoʇǝɹ ǝuuosɹǝd ɐן ןǝnbǝן suɐp ʇnɐɟǝp ǝן ʇsǝ ןɐɯıuɐ,ן ɹɐd ǝsıןoqɯʎs ʇnɐɟǝp ǝ˥
 - Qu'évoque pour vous la haute mer ?
˙ǝıʌ ɐן ʇıoʌ ǝןןǝ ʇuop uoɔɐɟ ɐן ʇsǝ ǝuuosɹǝd ɐן puodǝɹ ǝnb ǝϽ
 - Qu'évoque pour vous le café ? 
˙ɹnoɯɐ,ן ʇıoʌ ǝןןǝ ʇuop uoɔɐɟ ɐן ʇsǝ ǝuuosɹǝd ɐן puodǝɹ ǝnb ǝϽ
 - Qu'évoque pour vous un mur dressé sur votre chemin ?
 ˙ʇɹoɯ ɐן ʇıoʌ ǝןןǝ ʇuop uoɔɐɟ ɐן ʇsǝ ǝuuosɹǝd ɐן puodǝɹ ǝnb ǝϽ

Bon et heureux bestiaire à vous. Bénédictions endiablées.

(Illustration : Sans Titre 6, Série Ayahuasca, par Edouard Wolton.)

dimanche 2 décembre 2018

Le Signe de l'Œil Ouvert


Sous les religions à Mystères, ou Païennes, chacun était libre de rechercher une connaissance plus profonde, de "croire" ou d'ignorer totalement la science et la religion. Cet arrangement permettait aux masses d'être libres et aux individus enclins à la recherche intellectuelle d'être éclairés. (Wodenson, Mystery Religions and the Seven Seals, Introduction §4) 

Béni soit le brumeux premier dimanche de cet Avent, pour son manque absolu de rayonnement solaire qui justifie toutes les flemmes ! L'oisiveté a toujours été mon point fort. Je ne m'en fais pas gloire. C'est un don.

A part ça, je reçois d'Anonyme cette intéressante question : "Sur le billet Cour Secrète des Roués, et ailleurs, vous faites allusion au dieu Pan. Quel rapport peut-il y avoir entre la religion de l'Edda et le dieu grec Pan ?" 

J'ai tressailli de désir et je me suis senti des ailes
Io, Io Pan !

Rappel des notions de base : Le grand Pan représente le Divin Lui-même Se manifestant dans l'Incarnation. Il est l'Un manifeste : le Tout (Πάν/Pan) qui objective l'Unicité divine, laquelle étant éternellement inconnaissable, indicible, inconcevable, incompréhensible, etc. équivaut, dans notre conscience humaine, à Zéro, symbole de l'Infini béni, c'est-à-dire au Rien.

O Pan, toi Pan errant dessus la mer descend
De ce mont aux rocs battus de neige...

Techniquement, nos Sages enseignent que lorsque l’Énergie Divine se manifeste en un homme au plan spirituel ("blanc"), elle produit la Uva (la "Frayeur sacrée") ; que lorsqu'elle se manifeste en un homme au plan psycho-affectif ("rouge"), elle produit le rire ; et que lorsqu'elle se manifeste en un homme au plan physique ("noir"), elle produit l'impulsion sexuelle voilà pourquoi Pan est celui qui déclenche la peur panique celui dont l'apparition fait rire les habitants de l'Olympe et celui dont le rut est perpétuel : < la lubricité du bouc est la munificence de DIEU >, comme il est dit (William Blake, Proverbs of Hell). 

Viens dessus la mer de Sicile et d'Arcadie,
Errant comme Bacchus avec des faunes et des léopards
Et des nymphes et des satyres pour ton cortège...

Sous le règne de Tibère (i.e. à l'ouverture de la parenthèse chrétienne), un pilote égyptien, croisant au large de Paxos, a reçu, comme on sait, d'une voix mystérieuse, l'ordre d'annoncer "la mort du Grand Pan" : c'est que tout le projet chrétien était de nier l'Immanence divine, de séparer le Haut du Bas, d'évacuer DIEU vers le ciel. En 1904 (i.e. à la fermeture de la parenthèse chrétienne), le poète, c'est-à-dire le prophète, Jacques d'Adelswärd-Fersen débarqua en Sicile, au pied de la Villa Tibère, et, pris de transe à la contemplation de la Beauté des lieux, s'écria : < Non seulement le grand Pan n'est pas mort, mais je sais à présent qu'il ne mourra jamais... >
                                                                            
Trésaille de la convoitise ailée de la lumière, O homme, toi qui es mien !...

La religion est un abat-jour posé sur la Lumière de la Vérité (c'est-à-dire, précisément, sur l'expérience de l'Immanence du Divin dans le monde, i.e. l'expérience de l'Unité cachée derrière la multiplicité affolante des phénomènes), qui permet que cette Lumière nous éclaire sans nous aveugler, au cours de la progression vers l'inclusion de soi dans l'Infini béni, qui est l'objet de la vie incarnée peu importe, en l'occurrence, qu'on appelle cette progression Siðr, Voie, Chemin d’Éveil, Initiation, Salut, Développement personnel, Quête spirituelle, Service divin, Ascèse, Tao, ou même qu'on lui donne son nom véritable celui de Magie.

Je suis né pour mourir sur la corne de la licorne...

Lorsque la dimension temporelle, nécessaire à l'enracinement d'une religion, prend, du fait d'erreurs, de distorsions, de circonstances historiques, etc. le pas sur sa dimension spirituelle, c'est-à-dire sur sa raison d'être, on dit que la poussière, la matière, a rendu l'abat-jour opaque : il n'est plus d'aucune utilité, ne peut plus vous mener nulle part et ne fait que vous encombrer : vous devez le jeter (cas des religions dont le 9e ráðumk nous interdit la fréquentation : celles qui ont été sciemment créées à des fins perverses (christianisme), celles qui ont été perverties par ses interprètes (islam), celles qui ont été perverties par ses pratiquants (hindouisme, bouddhisme, confucianisme, judaïsme mitnagued, etc.)

Donne-moi le Signe de l'Œil Ouvert
Et l'incomparable faveur de ton membre ithyphallique
Et le mot de folie et de mystère...

Pour le reste, paraphrasant le grand maître magicien Éliphas Lévi, nous disons que la meilleure religion est celle qui donne aux enfants les plus belles images et allégories, les récits les plus exaltants et les plus beaux rêves aux hommes faits, la plus haute philosophie, les plus grandes espérances et la plus noble éthique aux vieillards, les plus douces consolations : c'est celle qui fait mesurer leur ignorance aux Sages, et goûter la Sagesse même aux plus ignorants : celle qui ouvre les Mystères aux Adeptes, ennoblit les guerriers, et protège le peuple...

Avec des sabots d'acier je cours sur les rochers
Du solstice têtu jusqu'à l'équinoxe...

... En vertu de quoi, il est évident qu'il n'existe pas de meilleure religion que l'Edda et le Forn Siðr.

Éternel, monde sans fin,
Mannequin, vierge, ménade, homme
Au pouvoir de Pan ! Io Pan !

Que votre Avent passe comme un rêve !

- Sir Shumule, 2 décembre 2018

PS : Les citations entre les paragraphes sont, bien entendu, extraites de l'Hymne à Pan d'Aleister Crowley.

Illustration : Pan par Gustave Moreau.

vendredi 30 novembre 2018

Pour en finir avec novembre


Fróðr sá þykkisk er fregna kann : le Sage est celui qui pose les bonnes questions. (Hávamál, 28)

I

Grey Wolf l'Admirable me demande par mail :

« Leader Suprême, vous avez écrit dernièrement :

"Pour n'être pas esclave des messages subliminaux des autres, crée tes propres messages subliminaux : crible tes oreilles et ta vue de messages qui te sont bénéfiques, afin que ni Loki News Network, ni Big Brother Fenrir, ni Jormungand Soros, ni Hel de Sade, ni Garm Castaner, ni Sigyn Dion, ni Angrboda Groseille, ni Narfi le Mesquin, ni Býleist le Millénial, ni Helblindi l'Inhibiteur ne puissent se ruer dans la brèche quand ton esprit est au repos !"

Or qu'en est-il de Surt, de Beli, de Yngvi, d'Ariana et de la Lorelei? [...] »

Ami, je me suis cantonné à l'entourage immédiat de Loki, fils de Laufey, PA transman du Vieux  Maître mais oui, nous pouvons ajouter :

... Ni le Rev. Surt Sharpton...

Ni Paul "Beli" Decourt...

Ni Yngvi Paulin...

Ni Ariana Trintignant...

Ni J-Lorelei...

***

Il ajoute : « Je viens de lire Gates of the Mind. Avez-vous un exemple de"prémisse irrationnelle qui ouvre les portes de l'esprit à un flot d'absurdités" ? »

Eh bien, mettons : le Big Bang la prémisse des prémisses ! L'idéologie officielle nous impose de croire que tout l'univers est apparu ex nihilo à un moment et un endroit précis et sans aucune cause. Je ne pense pas que l'on puisse aller plus loin dans le genre. Il est clair que si vous pouvez gober ça, vous pouvez tout gober.


II

Anonyme m'écrit que « le Pacte de Marrakech n'est pas un drame; il officialise ce qui est en cours depuis bien longtemps... »

Oui, cher, mais prenons une analogie médicale : même si Big Pharma entretient activement, en secret, telle ou telle maladie, parce que la maladie est son intérêt, cela fera toujours moins de dégâts qu'un décret officiel ordonnant à tout homme sain d'aller se faire inoculer une dose de bacilles bien teigneux, au nom d'un droit imprescriptible de prolifération et contamination solennellement reconnu aux microbes... Que dis-je ? qu'un décret interdisant aux malades d'exiger un traitement... — Que dis-je encore ? qu'un décret imposant aux médias de rendre cool & sexy l'idée de pandémie mortelle...


III

Pioupiou74 m'interroge sur Twitter : « Le Jaune des GJ signifie cocu, du système Loki ? la plupart des GJ sont des Heimdallrs. Peut-on voir ça comme un événement faisant parti de Ragnarök ? »

L'affaire des Gilets Jaunes est lokienne parce que c'est un stunt médiatique, aussi scrupuleusement scénarisé qu'une élection présidentielle, une coupe du monde de football ou un show de téléréalité. Elle est ragnarokienne en ce que des Heimdallar y sont gérés comme du bétail. Mais techniquement c'est un exutoire, une récré offerte au bas peuple, pour que celui-ci jette son feu après les nouvelles taxes sur le carburant, pendant le vote de la loi "Fake-News", avant le pacte de Marrakech : < croyez-vous vraiment qu'on les recevrait à la télé s'ils n'étaient pas des imposteurs ou, tout du moins, des gens inoffensifs ? > (Wodenson)

Sur ce, je suis las — Soyez bénis à tous les plans imaginables de l'existence — Je vous aime tous — et n'oubliez pas : neurosis peut s'entendre new roses. 

Bon et heureux cœur de semaine à tous ! Bénédictions endiablées !

mardi 27 novembre 2018

Primal !


Líf ok Lifþrasir en þau leynask munu í holti Hoddmímis : Lif et Lifthrasir prendront alors refuge dans la forêt de Hoddmimir. (Vafþrúðnismál, 45)

Il est écrit : < Les alliés du Loup suivent le frère de Býleist > (Völuspá, 51) : s'il est vrai que < la création de réalités virtuelles est une science exacte, maîtrisée par les dirigeants de ce monde depuis des milliers d'années > (Wodenson, Gates of Mind, §2), la culture du dominant est incontestablement chaque jour plus pointue dans le raffinement des mécanismes de contrôle subliminaux Par là, je n'entends rien de niaisement paranoïde, ni même d'orwellien : je veux juste ressasser cette évidence que, via les titres de presse, les annonces sonores, l'ahurissement télévisuel — c'est-à-dire la distorsion du langage sous toutes ses formes l'agonie tragique de ce monde est devenue, pour la plupart des gens, un show de téléréalité. 

L'homme blanc ne comprend pas qu'il s'agit de son histoire à lui, et que c'est donc lui qui va morfler au dernier acte, si quelque part entre ici et ce dernier acte, il ne se dresse pas sur ses membres postérieurs pour pousser un long cri primal ! Or, cela ne se fait pas en organisant des manifs ni des soirées vegan ni des débats d'idées. Cela se fait en se retirant : en revendiquant votre identité, votre vision, votre être, votre intuition et en œuvrant, sans remords, depuis le point de vue ainsi revendiqué

C'est ce qui m'a fait répondre dernièrement à une jeune franco-américaine (appelons-la Valspeak She-Wolf ou Fussy She-Wolf) qui comparait mes cours à des séances de manipulation mentale et m'accusait de n'insister autant sur l’Étude qu'afin d'encourager « l'autoconditionnement » :  

« C'est exactement ça. Lorsque le grand Wotan, notre maître, a répété vingt fois de suite à Loddfáfnir Inn-Thull, son élève, d'étudier constamment l'Edda, il voulait lui dire en substance : "Pour n'être pas esclave des messages subliminaux des autres, crée tes propres messages subliminaux : crible tes oreilles et ta vue de messages qui te sont bénéfiques, afin que ni Loki News Network, ni Big Brother Fenrir, ni Jormungand Soros, ni Hel de Sade, ni Garm Castaner, ni Sigyn Dion, ni Angrboda Groseille, ni Narfi le Mesquin, ni Býleist le Millénial, ni Helblindi l'Inhibiteur ne puissent se ruer dans la brèche quand ton esprit est au repos !" Bref, pour reprendre ma formule inlassable : Tu crois Fernand Nathan, je crois l'Edda. »

Bénédictions endiablées.

dimanche 25 novembre 2018

Highway to Noël


Les élus retrouveront joyeusement
Tous leurs biens et la manne que le ciel dispense
Et, de plus, par une honnête récompense 
Seront enrichis. Et les autres à la fin
Seront dépourvus. Cette raison est donnée enfin
Pour que ces épreuves ainsi terminées
Chacun trouve le sort qui lui était destiné.
Voilà les conventions. Il faut le révérer
Celui qui jusqu'à la fin pourra persévérer ! 

— François Rabelais

Quelqu'un dont le retour à la Voie est récent, l'érudition malicieuse et la connaissance de la psychologie humaine quasiment infaillible (je l'avais surnommé Machiavelic Wolf, mais l'ai rebaptisé Elegant Wolf, car c'est le garçon le plus distingué du monde*), m'écrivait cette nuit :

« Après votre dernier cours, j'ai relu l'interprétation des Oracles de Tia que vous avez donnée [...] au début de l'année solaire. Je suis frappé de ce que vous annonciez, à demi-mot, qu'ils sont, en fait, désastreux, et noyiez cette mauvaise nouvelle sous un flot de paroles de bon augure, comme pour [...] conjurer la prophétie de malheur. »

Ami, c'est un art subtil que celui de la Divination, et un art plus subtil encore d'annoncer les choses à venir sans que cette annonce (qui a pour seule et unique fonction, non de « modifier » quoi que ce soit, — puisque, aussi bien, l'homme rencontre toujours son Wyrd (Destin) sur le chemin qu'il prend pour l'éviter, — mais de supprimer l'effet de surprise, cause de la totalité de nos erreurs en ce monde), sans que cette annonce, dis-je, ne joue au détriment de ceux à qui on la fait.

Quand j'écris : « La Vérité éclate, claire comme la foudre au milieu de la nuit : elle sera notre guide durant les heures sombres », je tiens essentiellement à ce que vous compreniez : « Kaunan ᚴ va, cette année, jeter sa lumière — cruelle et crue — sur tout ce que vous êtes réellement et ce que vaut votre parcours, tandis que vous chevaucherez sous un orage perpétuel, dans une nuit d'autant plus d'encre que la torche lumineuse que vous tenez à la main épaissit naturellement les ténèbres qui vous entourent... Si vous assumez le reality check imposé par la tempête, la clarté de la flamme et l'inconfort équestre, vous vous en sortirez... »

Le mot-clé de 2018 est, bien évidemment, lucidité — mais si je vous l'assène tout de go, dès janvier, sans précaution oratoire alors je suis un monstre, un défaitiste, un affreux sapeur de moral, voire, — comme il est dit du grand Wotan, notre maître (Grím, 49 ; 54 ; ÓN, 7), — un Jálk, un « émasculateur ».

Le tout, ici-bas, où < il n'y a que la guerre >, est que le moral ne soit jamais atteint : < Tout homme doit demeurer affable et joyeux jusqu’au jour de sa mort >, comme il est écrit (, 15) : les « prophéties de malheur » imposent donc des circonlocutions, du filigrane et des sous-entendus... autant ne pas plomber totalement l'enthousiasme dès l'ouverture... 
                                                                                         
Cela dit, Highway to Noël : il ne reste qu'un mois de cette année Ziu ᛪ, Kaunan ᚴ, Ehwaz ᛖ : un seul mois, oui !  car, comme vous le savez, l'année solaire réelle finit/commence à l'instant impeccablement magique de Noël (les Douze Jours qui suivent, et au cœur desquels se trouve l'inauguration officielle du Nouvel An solaire, étant « hors du temps »).

Aussi, tenez bon, Ami ! Vous avez chevauché trois cent vingt-trois jours, environné d'éclairs et brandissant des torches : ce n'est pas pour craquer à trente malheureux pas du Festin !

Courage ! Dans cette dernière ligne droite, soyez bénis à tous les plans imaginables de l'existence Je vous aime tous Et n'oubliez pas : si nous ne sommes, effectivement, que des < cavaliers dans la tempête... jetés dans ce monde comme un chien sans son os ou un comédien sans emploi > (Jim Morrison), la question n'en demeure pas moins : « Qui est le plus heureux, l'homme qui aura bravé la tempête de la vie et vécu, ou celui qui sera resté en sécurité sur la berge et se sera contenté d'exister ? » (Hunter S Thompson)

Bénédictions endiablées.

- Sir Shumule

*En vieux gare-loup, j'ai récemment pris le TOC de désigner, dans mes Registres, mon Journal et les Archives de la Hearth de Zoug, tous les êtres affiliés, peu ou prou, à notre Siðr par un totem systématiquement composé de l'adjectif les caractérisant le mieux, suivi de « Wolf » . 🐺🧙‍♂️🐺