vendredi 27 janvier 2017

Le Dinosaure et le Caméléon


J'écrivais récemment :  

« C'est le premier principe de l'ethnobiologie que la capacité à survivre ne procède ni de la force, ni de l'intelligence, mais de "l'adaptabilité au changement" (responsiveness to change) : la "sélection naturelle" est exclusivement question de mise-à-jour : si intraitablement racialiste qu'il soit, le psychorigide est un untermensch, une sous-créature scorique vouée à l'extinction. »

A quoi un internaute répondit par la question suivante (dans un tweet supprimé depuis, et que je cite donc de mémoire) : 

« Qu'est-ce ce que cela implique concrètement et des limites doivent-elles être posées à l'adaptation ? »

Il est vrai que le mot « adaptation », qui comporte une nuance d'auto-nivellement résigné, n'est pas la traduction la plus exacte que l'on puisse donner de responsiveness...

« Réactivité », peut-être ?... mais une réactivité dépourvue de rebuffade... Ou alors : « bonne réaction »... « ajustement »...

Baste ! Pour cette nuit, dans l'intérêt de l’Étude, contentons-nous de responsiveness !

Cas fameux de responsiveness 

L'exemple vient de haut : le grand Wotan, notre maître, ne se déplace jamais qu'habillé en clochard, et se fit passer pour un remouleux yéniche, affublé d'un nom malsonnant, lorsqu'il entreprit de commettre le < casse du siècle des siècles > (Kennoal), j'ai nommé le vol de l'hydromel magique Son fils, le surmâle Asa-Thór, dut se travestir en femme pour reprendre Mjöllnir à la cour du roi Thrym...

Nous le savons, parce que Sæmund le Sage a consenti à se faire curé pour pouvoir compiler la Sainte Edda, et Snorri le Grand à se retirer dans un monastère pour rédiger la Gylfaginning.

Citons encore Helgi, tueur de Hunding, qui échappa à ses poursuivants en enfilant des haillons de serve et en se mettant à moudre, comme il est écrit (HH2, 1-4) ; Gísli Súrsson qui, lui aussi, se grima en esclave pour échapper à Börk ; et Håkon Sigurdsson le Puissant qui n'hésita pas, tout Jarl de Lade qu'il fût, à se cacher dans une soue à cochons.

Les exemples de crypto-wotanisme dans les monastères médiévaux sont innombrables, parce que la Siðvenja, en vertu de la Haute Parole < un mort ne peut rien faire > (, 71), autorise toutes les conversions de façade lorsque la vie est menacée ou (s'appuyant sur l'exemple du Skáldskapar Mjaðar) lorsqu'une religion étrangère en position dominante réserve à ses fidèles un accès exclusif aux études, aux professions ou à certains droits de résidence (considérations qui entraînèrent le très célèbre et surréaliste Althing de 999, où les plus grands Sages de l'époque, tous éminents prêtres du Siðr, et Mikill dans l'Edda, s'imposèrent à eux-même l'adoption du christianisme comme religion officielle de l'Islande) C'est ainsi qu'Hildegarde de Bingen, « la dernière Sage-femme », se fit si bien passer pour abbesse tenant son Registre Magique en Lingua Ignota (un alphabet secret, inventé par elle à cette fin) que les chrétiens la canonisèrent...  

Tout cela est pure responsiveness Wodenson (dont la Prophétie de la Pyramide démontre que les traducteurs de la Bible du roi Jacques étaient tous initiés à la Voie Ancienne), Wodenson, dis-je, résume ainsi ce principe essentiel  : < Quand l'ennemi est l'essence même de la fausseté, de la fraude, de la duplicité, de la ruse, de l'illusion, de la traîtrise et du mensonge, il faut affronter la réalité et le battre à son propre jeu > (Hier et Aujourd'hui, § 23).

Cas fameux de non-responsiveness 

Les dinosaures : durs-à-cuire dans leur genre, mais non-viables hors du Mésozoïque ; le requin : épitomé de sur-prédation, qui meurt aussitôt qu'on le sort de l'eau ; Laurent Ruquier qui, si l'on en juge par sa vision de Twitter, possède un minitel et un magnétoscope ; Anne Sinclair commentant l'élection de Trump ; etc.

***

A la question : « Quelle est la compétence indispensable à ceux qui veulent créer et défendre Kinsland ? », Wodenson répond : < L'aptitude à être un caméléon > (Déni de Réalité, §16) Spirituellement, c'est la même chose : le Wotaniste ne résiste ni ne se soumet au changement : il croque dans une pomme d'or et s'approprie la nouvelle formule à la manière de l'alt-right qui, en 2016, transformait systématiquement en slogans pro-Trump les insultes de la partie adverse

Toujours, dans l'Edda, se décèle l'intention de marquer l'anomie supérieure des Sages, irréductibles aux critères logiques et moraux ordinaires. Le grand Wotan, notre maître, est Vegtam, comme il est écrit (BD, 6 ; 13) : un errant, un irrégulier, un « marginal »  si ce mot galvaudé pouvait retrouver un sens. Mais c'est surtout un Magicien, dont le job est le surnaturel, c'est-à-dire < le naturel non encore compris ou révélé > (Pr, 8).

Loi Divine et Loi Naturelle sont Une (Pr, 2) : il s'agit de connaître la Nature, non pour la soumettre ou l'exploiter, mais pour en épouser les Jeux : on retrouve cette « psychosouplesse » dans l'Otswal, où l'intuition et l'expérience, mieux que l'analyse et le raisonnement, permettent de glisser d'une signification à l'autre. 

Ainsi entendu, le langage ésotérique, chiffré, de l'Edda, « langage crépusculaire », langage de Ragnarök, a par lui-même une fonction initiatique, en ce qu'il brouille les repères familiers du raisonnement pour éveiller le chercheur à une vision plus pénétrante. C'est là qu'il devient véritable poésie et, pour qui sait l'entendre, le < langage des oiseaux > que comprit Sigurd, lorsque aussi responsive qu'un Caméléon, il parvint à tuer Fáfnir le Dinosaure.

Bon et heureux Cœur de Semaine à toutes et à tous ! :D