mercredi 25 janvier 2017

La Diagonale du Fou


Il y a, en 2017, trop d'alfar accusateurs sur les bords de la grand-route qui mène au Temple d'Uppsala pour nous risquer à l'emprunter. Il nous faut connaître les Sentiers secrets, les chemins de traverse, procéder en diagonale... la diagonale du Fou... — G. Hwītaz Brūwō Inn-Thull 

Poursuivant à la faveur d'un de ces accès de narcissisme que j'ai déjà narcissiquement décrits l'exploration soignée de mes anciens Registres,  je tombe, je trébuche, sur la note suivante : 

« Mannvit désigne le Siðr lui même. »

Intéressant...

Mannvit signifie « bon sens », dans l'acception « saine et droite raison » du terme... Peut-on définir la religion fondée par un magicien que son propre père surnommait « le fou furieux » (tan) comme du « bon sens » ?...

Voyons : Lorsqu'il faut donner une description basique du Forn Siðr à un auditoire totalement profane, nous disons : C'est une Weltanschauung la forte conception intuitive d'une profonde unité sous-jacente, à la fois biologique et psychique, entre tous les hommes du peuple blanc (morts, vivants ou encore à naître), la nature, et toutes les entités invisibles à l'homme mais dignes de respect.

Nous évitons les notions dogmatiques en -isme comme un bon capitaine évite les icebergs : ce sont des pièges-à-thralls, destinés par Loki à nous faire tomber sous la Dyade Si < DIEU est l'Un >, il n'y a pas de différence entre « monothéisme » et « panthéisme », comme il est dit : 

< [Le plus important] est l'idée que la nature et les lois de la nature sont l’œuvre de l'intelligence créatrice que les hommes appellent Dieu. Les lois de Dieu et les lois de la nature sont une seule et même chose. Les lois de la nature sont une « bible » que les hommes ne peuvent ni inventer, ni altérer, ni pervertir en aucune manière, et la plus haute loi de la nature est la préservation par chacun de sa propre espèce. Tel est l'arbitrage ultime des disputes religieuses qui, depuis tant de siècles, divisent notre peuple.  Bien sûr, cela nous vaut l'inimitié de nombreuses personnes issues de milieux chrétiens fondamentalistes. Cela semble également faire enrager ceux qui nient l'existence de la puissance supérieure que les hommes appellent Dieu. Je crois que nos vieux ennemis nous ont toujours présenté deux aspects dont aucun n'est correct, et nous ont poussé à éterniser un conflit de type « soit l'un/soit l'autre » entre les deux. La vérité est ailleurs. De la même manière, ils ont persuadé les patriotes russes et ceux des nations occidentales que les seules options étaient les systèmes politico-économiques appelés communisme et capitalisme. Or les deux sont évidemment contre-nature. > (Wodenson, Autobiographie, cap.7, §1)
                                                                               
S'il est une chose que le grand Wotan, notre maître, nous a appris en s'arrachant un œil, c'est qu'il nous faut, effectivement, rejeter les alternatives binaires les rejeter jusqu'à l'auto-mutilation et ne nous fier qu'à notre bon sens... Tout cela est donc juste : le Siðr, c'est le bon sens. Et il est écrit : <Byrði betri berr-at maðr brautu at en sé mannvit mikit : un homme ne peut avoir meilleur viatique, sur l'âpre chemin, que beaucoup de bon sens > (Há, 11).