mardi 6 décembre 2016

Le Thuléthon

 
ᚺ. Ma communication récente et publique de la règle du Thuléthon à l’un de nos chers grands amis m’a valu un courrier abondant, duquel j’ai cru comprendre que beaucoup de nos frères erraient dans leur pratique de cet Art incomparable.

Il  n’est donc pas tout à fait inutile, alors que Yuletide – « les fêtes », comme dit le peuple – approche – et, avec lui, la perspective, pour certains d’entre nous, hélas, d’interminables repas familiaux « dans le ventre de la Bête »  – c’est-à-dire à proximité d’oncles hollandistes et de cousins padamalgames – il n’est pas inutile, dis-je, de préciser, à nouveau, les principes essentiels de déroulement du Jeu.

Règles du Thuléthon

1. Le Terrain : Le Thuléthon* se joue en « zone occupée » (= le Joueur est un Wotaniste seul dans une réunion de thralls où « il pleut », c'est-à-dire où il serait socialement compromettant de se révéler Wotaniste) : dîner bobo, colloque antifa, réunion des alcooliques anonymes, etc. (NB. Le Thuléthon ne se joue qu'en zone occupée : si vous « thulétonnez » pendant un Thing ou pendant veizla, vous passerez pour un cuistre).

2. Déroulement du Jeu : Il consiste à placer, dans la conversation courante, un maximum de Préceptes, en usant de variantes et de périphrases. Ex :

 
Ou: 

Ou encore (cas particulier des QM cf. infra) :

3. Techniques et Stratégies : Si le Jeu impose une mémoire infaillible des Préceptes, il ne consiste pas tant en un sens fulgurant, voltairien, de la répartie, qu’en celui, plus subtil et préliminaire, d’amener la conversation sur le terrain où l’on est sûr de pouvoir placer un Win (technique dite du « rabattage »). Le « ping-pong » (technique consistant à avoir un allié dans la place qui tend les perches et renvoie la balle) est redoutablement efficace, mais considéré comme peu fair-play voire, chez les ultraorthodoxes, comme irrégulier.

4. Le Score : Chaque Précepte placé vaut un Win. (Ce décompte a parfois été décrié comme inéquitable, dans la mesure où la facilité de « place » des Préceptes varie grandement. Il est ainsi  théoriquement plus facile de placer le 85ème Précepte en live que le 20ème. De même, les zones de Jeu ont des niveaux de retentissement très inégaux : un Win obtenu en direct sur le plateau de Laurent Ruquier, à une heure de grande écoute, devrait logiquement valoir davantage qu’un Win obtenu dans un cocktail de sous-préfecture, qui lui-même devrait logiquement valoir davantage qu’un Win obtenu autour-de-la-machine-à-café-au-bureau, etc. De nouveaux barèmes sont à l’étude. Note : On n’ajoute pas de Win en cas de redite, même si la tournure de « place » a été modifiée.

5. Annulation et Disqualification :  Il n’y a Win que si le Précepte est placé sans douleur dans le cours de la conversation (ergo Si tous les convives vous regardent comme si vous étiez en train de violer leur grand-mère, le Win est annulé). S’il y a « call » (c’est-à-dire si un convive, même whitefriendly, déclare reconnaître un Précepte de Wodenson), le Joueur est disqualifié.

6. Cas des Quatorze Mots : Ne faisant pas partie des Préceptes, l'« Apophtegme Tetradécuple » ne vaut théoriquement aucun Win, bien que l’on tende parfois à lui conférer aujourd’hui la dignité de  « 9-ball » : placer littéralement les QM vaut, dans ce cas, quatre-vingt-huit Win. 

Bonnes fêtes à tous ! :D 


*Les rumeurs selon lesquelles le nom du jeu, qui peut s'entendre « tue-les-thons », constituerait une incitation subliminale à la pratique d'un eugénisme extrême dans le cadre de la préservation de la beauté de la noble femme blanche, sont totalement infondées.