dimanche 20 novembre 2016

Le Grand Méchant Hildólf


En norois, comme en islandais moderne, Aedd, permutation d’Edda, signifie « Fou », pour nous rappeler que c’est Wotan lui-même qui nous parle dans l’Étude – le grand méchant Hildólf déguisé en mère-grand !

Il est dit que les Jours d’Ombre (jours de déclin sur fond de brume, d'épuisement progressif de toutes nos énergies à mesure que se raréfie le Soleil) ont, paradoxalement, pour objet de clarifier notre Étude.

Une personne, en effet, qui souhaite entreprendre, mais ne trouve pas le tonus nécessaire à la réalisation de son projet, doit, en premier lieu, analyser les notions et voir si elles sont claires : car la clarté du concept porte en elle la détermination dont procède la vitalité.

Les notions doivent être claires et vraies, même si l’on n’est pas au niveau de les appliquer – il ne faut absolument pas faire d'adaptation de la vérité à nos capacités – sinon la chose perd son authenticité, et il devient de plus en plus difficile de la vivre.

Ainsi, l’homme noble déclare :  « Il faut faire Huð à halfr, < dans un lieu solitaire, si possible au sommet d’une montagne > (Pr, 4), mais, comme cela m’est physiquement impossible, je fais Huð depuis mon salon, à trois heures de l’après-midi, en attendant de pouvoir faire mieux » : il obtient des niveaux exceptionnels, et reçoit finalement les conditions parfaites pour accomplir la Huð optimale – Le velléitaire, en revanche, incapable de se lever la nuit, déclare que l'on doit, en réalité, faire Huð depuis son lit, et finit, sous quinzaine, par ne plus rien faire du tout.

Même au plus noir du malheur et de la pauvreté, un fils de Heimdall Hallinskíði ne doit jamais cesser de se voir comme un roi provisoirement détrôné qui supporte patiemment les rigueurs de l’exil en attendant de retrouver sa couronne c’est pour nous rappeler ce principe essentiel que le grand Wotan, lorsqu’il n’est pas au palais Valaskjálf, sa somptueuse demeure, < construite par les dieux qui la recouvrirent d’un toit d’argent massif > (Gyl 17, 12), s’habille systématiquement en clochard.