mardi 22 novembre 2016

La Fréquence de Vidarr


Toi arc-en-ciel aux sept rayons d’une beauté parfaite, Toi chariot de lumière ondoyante des rayons solaires, Toi senteur parfumée de l’orage passant… Je me réjouis en Toi. (T ♐ 1)

Voici que Sól, fille de Mundilfœri, inlassablement stalkée par le répugnant Managarm, vient, cravachant Árvak et Alsvið, de pénétrer le Sagittaire.

Heureux temps, en vérité, que celui où le monde passera en Sagittaire ! Vidarr, lit. « Celui qui règne de loin », i.e. le roi encore caché, mais qui va venir, est, comme on sait, natif du Sagittaire : les Prophéties attestent qu'il tuera Fenrir, et succèdera au grand Wotan son père, dans < la vie de félicité > (Vo, 64) du monde futur.

Vidarr le Sagittaire en remplacement de Vidurr l'Assassin.

L'univers ne sera plus fondé sur le meurtre, c'est-à-dire sur la formule d'éradication constante de ce qui, à terme, peut s'avérer destructeur (car Vidarr ne renouvellera pas l'erreur paternelle : il ne reformatera pas le monde à partir des restes de Fenrir), mais sur le seul Vouloir du roi, sur la seule « fréquence » de Vidarr, i.e. sur la formule du Sagittaire : consomption dans le cri primal de la vie à l'état brut, obsession pour la vérité nue, exploration pour l'exploration : < Elle voit la terre, belle et verdoyante, sortant une seconde fois de l'écume : les cascades courent, et au-dessus d'elles, l'aigle des montagnes vole, guettant le poisson. > (Vo, 59)

Alu.