dimanche 22 novembre 2015

Une nuit avec Skaði


Troisième Dimanche après Samhain, 1.14

Il est dit que Steinun Refsdóttir notre mère étudiait toutes les nuits, en rêve, à Valaskjálf, dans la hyrd du grand Wotan lui-même, et répétait chaque matin à ses élèves le Kennsla nocturne reçu du Vieux Maître.

Eh bien, il se trouve que, moi, cette nuit, j'ai rêvé de Skadi !!

La chasseresse alpine était en mode joyeuse, voire espiègle, sur fond de montagnes délirantes qui parlaient et dévoraient les touristes avec des bouches de type "logo des Rolling Stones" o.O

Bien sûr, à mon réveil, il neigeait dru...

***

La question la plus souvent posée, au sujet de Skadi, est de savoir pourquoi elle insiste à ce point, après la condamnation de Loki, pour être exécutrice de la sentence Rappelons qu'il s'agit, en l’espèce, de : 1. Prendre trois pierres plates et percer des trous dans chacune d'elles. 2. Saisir les fils de Loki, Vali et Narfi, et contraindre le premier à éviscérer son frère vivant. 3. Avec les boyaux de Narfi, attacher Loki aux pierres, l'une placée sous ses épaules, la deuxième sous ses reins, et la dernière sous ses jarrets. 4. Prendre un serpent venimeux et l'attacher au-dessus le Loki, de sorte que le venin dégoutte sur son visage.

D’où vient à Skadi cet invraisemblable accès de sadisme ?

On explique généralement  la chose ainsi : Skadi a, comme on sait, toujours été amoureuse de Baldr : elle n'a épousé son premier mari, Njörd de Nóatún, que parce qu'elle l'a pris pour Baldr, quand (en wergeld du massacre de son père Thjazi par les Aesir) il lui fut offert de se choisir un époux Ase en semi-blind test. Particulièrement mal assorti, le mariage fut calamiteux et se solda par un divorce.

Skadi épousa ensuite Ull d'Ýdalir, à qui elle trouvait un faux air de Baldr Hélas ! quand Wotan dut subir dix ans d'exil politique, Ull fut choisi par Ásgard pour occuper la place du Vieux Maître, et préféra s'enfuir au retour de celui-ci : il fut mis en sniðganga (forme la plus sévère d'exclusion de la communauté) et finit seul et misérable Bref, le parcours de Skadi, toujours frustrée dans sa vie conjugale, nous enseigne l'insatisfaction perpétuelle dont souffre l’âme de ceux que la société force à se contenter de succédanés de leur Idéal.

Bien sûr, cela n'est rien comparé à la disparition pure et simple de l'Idéal en question... La société qui détruit tout idéal fait, comme on dit, de la destruction de cette société le seul idéal possible : Loki a fait assassiner Baldr, puis a rendu toute réincarnation de celui-ci momentanément impossible : le seul rush d'endorphines équivalent à celui que procurait à Skadi l'espoir d’être un jour à Baldr, est désormais d'infliger à celui qui a mis fin à cet espoir des souffrances physiques équivalentes aux souffrances morales qu'elle endure.

C'est, en somme, un ressentiment inverse mais analogue à celui qui motive les skrealing à faire tout ce qui leur procure la sensation de nuire aux Blancs (y compris tirer dans le tas, ou se faire exploser dans Paris...) : la cruauté de Skadi envers Loki est donc un juste retour des choses : "C'est l'existence des Blancs, dit Loki aux skrealing, qui fait que vous n’êtes ni beaux, ni intelligents, ni doués en quoi que ce soit, et qu'on ne peut vous distinguer les uns des autres  tant qu'il existera des Blancs auxquels vous comparer, aucun des instincts animaux qui constituent l'essentiel de votre "psychologie" ne trouvera à s’épancher en ce monde, et l'horrible sensation d'infériorité qui vous hante continuera de vous torturer : donc, épanchez vos instincts d'animaux en exterminant les Blancs, soulagez vos complexes en les faisant souffrir..."