mercredi 25 novembre 2015

Considérations nocturnes sur le Merkwuzkallōjanan


Quatrième Mercredi après Samhain, 3.02
Sól in 2° 22' ♐ — Máni in 19° 24' ♉

Suis plongé, depuis deux jours, dans le Merkwuzkallōjanan — l'un des Textes les plus anciens, les plus mystérieux (lire : incompréhensibles), les plus commentés, de toute la littérature rūnō (secrète) hagall hreinn.

De mon étude, jusqu'ici, sept données essentielles, que je vous livre en vrac :

1. Du sens opératif du tambour chamanique, ou du battement des mains (bautanan) dans nos Cérémonies : Tout descendant de Rig-Jarl, lorsqu'il bat des mains, ou pratique une percussion rituelle, nettoie spirituellement le lieu où il se trouve, puisqu'il y fait circuler l'air "pur, clair et frais" de Thulé, qui, au plan géographique, représente l'Absolu Indépassable, c.a.d l'Infini.

2. L'Edda enseigne que les fils de Borr ont créé l’humanité en séparant les deux côtés d'une mandragore. C'est pourquoi l'homme ne peut fonctionner (se situer) dans l'univers que par référence, comparaison, etc. et pourquoi l'homme ne peut rien sans la femme, ni la femme sans l'homme : la Loi de l'Univers, Othala ᛟ, se compose de deux Sōwilō qui "s'embrassent en amant", ou d'un Sōwilō "qui se regarde dans un miroir d'argent poli".

3. Heimdall, s'unissant à des humaines, et créant donc une nouvelle espèce, n'a fait que formuler ce Mystère, qui est l'essence du Seiðr.

4. Resté  au stade de la racine animée, le skreal tire toute sa subsistance de la terre, i.e. ne considère les choses qu'en terme de cause à effet, de perte et profit, etc. que sa lecture soit matérialiste (skreal noir), intellectuelle (skreal rouge, i.e jaune), ou un mélange des deux.

5. Les Jotunn ne considèrent la vie que comme consommation de la matière, les Vanes ne la considèrent que comme soumission à l'Orlog. Seuls les Æsir, et, par conséquent, les Mögo Heimdalar, ont la capacité de nouer [Ase = lacet, le nœud qui permet d'aller] tous les plans [= être de la lignée d'Heimdall, c'est dire : "tout phénomène, même le plus prosaïque, est un message direct de DIEU à mon âme" — et, dans l'autre sens : "si je gagne au Loto, c'est une bénédiction reçue de DIEU, mais pour que je gagne au Loto, il faut que j’achète un billet" l.

6. Séparer les deux Sōwilō qui forment Othala et espérer être heureux [= vouloir gagner au Loto sans acheter de billet], c'est réclamer, non une bénédiction, mais un miracle. Or, seuls les Goðar peuvent demander un miracle. Parce qu'ils ont travaillé [=agi sur la matière] plus dur que tous les autres [= formé des récipients blindés pour recevoir la Lumière / l'Hydromel].
 
7. Puisque toutes les ascendances [Ase par Heimdall ; Jotunn par Bestla et Ægir ; Skreal par Móðir] sont en lui, le Jarl doit constamment examiner sa conduite, et faire prévaloir l'attitude heimdalar en toutes circonstances. Or, cette attitude est définie, à tous les plans, par les neuf survivants de Ragnarok.